العربية  |  English  |  Español  |  Français  |  Русский

Burundi - National Targets

Show map

The national targets (or equivalent) presented in this database are taken from the NBSAPs received since COP-10, fifth national reports or from documents submitted separately. The mapping of national targets to the Aichi Biodiversity Targets by the Party concerned is indicated in the last column “Related Aichi Target(s)”. All Parties are encouraged to undertake this mapping exercise and to submit this information to SCBD for incorporation in this database.

Reference Target Related Strategic Goals/Aichi Targets
Objectif 1 D'ici à 2017, toutes les parties prenantes, y compris les décideurs, les communautés locales et autochtones sont conscientes de la valeur de la diversité biologique, des risques qu’elle encourt et imprégnées des mesures et des pratiques qu'elles doivent prendre pour la conserver et l'utiliser durablement.
Objectif 2 D'ici à 2016, les valeurs de la diversité biologique sont intégrées dans les stratégies, plans et programmes nationaux, sectoriels et locaux de développement et de lutte contre la pauvreté, et incorporées dans les comptes nationaux.
Objectif 3 D’ici à 2018, les incitations, y compris les subventions néfastes pour la diversité biologique, sont réduites progressivement, afin d’atteindre un niveau minimum des impacts défavorables, et des incitations positives en faveur de la conservation et de l’utilisation durable de la diversité biologique sont identifiées, vulgarisées et appliquées.
Objectif 4 D’ici à 2020 au plus tard, le Gouvernement, les entreprises, les partenaires au développement et autres parties prenantes, à tous les niveaux, ont pris des mesures et ont appliqué des plans pour assurer une production et une consommation durables des ressources naturelles dans des limites écologiques sûres.
Objectif 5 D’ici à 2017, le rythme de dégradation et de fragmentation des habitats naturels, y compris les forêts et les marais est sensiblement réduit et ramené à près de zéro.
Objectif 6 D’ici à 2016, tous les stocks de poissons et des autres ressources biologiques aquatiques comestibles sont inventoriés et l'état des espèces est connu, des plans et des mesures de récolte contrôlée sont mis en place et appliqués pour éviter la surpêche et faciliter la reconstitution des espèces épuisées ou menacées.
Objectif 7 D’ici à 2016, toutes les étendues et les ressources végétales et faunistiques des écosystèmes forestiers sont inventoriées et l'état des espèces est connu; des plans de prélèvement durable sont mis en place et appliqués pour éviter l'épuisement des espèces et faciliter la reconstitution des écosystèmes vulnérables.
Objectif 8 D’ici à 2018, les zones consacrées à l’agriculture, l’aquaculture et la sylviculture sont précisées dans des plans directeurs provinciaux et communaux d'aménagement du territoire et gérées d’une manière durable, afin d’assurer la conservation de la diversité biologique.
Objectif 9 D’ici à 2018, la pollution des eaux et des sols notamment celle causée par les engrais chimiques, les pesticides et les eaux usées, est évaluée avec des outils appropriés et ramenée à un niveau qui n’a pas d’effet néfaste sur les écosystèmes et les espèces.
Objectif 10 D’ici à 2015, les étendues des espèces exotiques envahissantes et leurs voies d’introduction sont identifiées, des mesures pratiques et une loi appropriée sont mises en place pour contrôler et éradiquer les espèces les plus dangereuses.
Objectif 11 D’ici à 2015, au moins 10% des zones terrestres et d’eaux intérieures notamment le lac Tanganyika, les chaines de montagnes de l’Est, y compris les autres zones spéciales riches en biodiversité et présentant d'importants services écosystémiques, sont conservées et reliées en réseaux d’aires protégées écologiquement représentatifs, et jusqu’à 2018, gérées efficacement et équitablement et intégrées dans l’ensemble du paysage terrestre et aquatique.
Objectif 12 D’ici à 2015, les espèces menacées sont connues et classées suivant les degrés de menace, leur état de conservation est amélioré pour éviter leur extinction et faciliter leur reconstitution.
Objectif 13 D’ici à 2015, un système de monitoring de la dynamique de la biodiversité nationale est en place et fonctionnel pour suivre l’état et les tendances des habitats, des populations et des espèces.
Objectif 14 D’ici à 2016, la diversité génétique des plantes cultivées, des animaux d’élevage et des parents sauvages, y compris celle des espèces à valeur socio-économique ou culturelle indéniable, est préservée, et des stratégies sont élaborées et mises en oeuvre pour réduire au minimum l’érosion génétique.
Objectif 15 D’ici à 2015, les écosystèmes qui fournissent des services essentiels, en particulier l’eau, les ressources halieutiques et les ressources forestières, sont restaurés, sauvegardés et gérés de manière à garantir des systèmes de développement et le bien-être des femmes, des communautés locales et des Batwa, des populations pauvres et vulnérables.
Objectif 16 D’ici à 2017, la contribution de la biodiversité nationale aux stocks de carbone est évaluée et des mesures pour son amélioration sont prises notamment par le renforcement de la résilience des écosystèmes et la restauration de ceux dégradés.
Objectif 17 D’ici à 2015, les connaissances sur les enjeux relatifs à l’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation sont améliorées, le Protocole de Nagoya est ratifié et une loi nationale y relative est en vigueur.
Objectif 18 D’ici à 2013, le Burundi a commencé à mettre en oeuvre sa Stratégie Nationale et Plan d’Action sur la biodiversité en tant qu’instrument de politique nationale et a mis en place des mécanismes participatifs pour le suivi de sa mise en oeuvre et son actualisation régulière.
Objectif 19 D’ici à 2016, les connaissances, innovations et pratiques traditionnelles des communautés autochtones et locales qui présentent un intérêt pour la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité, ainsi que leur utilisation traditionnelle durable, sont respectées et protégées sur base des dispositions légales nationales élaborées d’une manière participative et intégrant des obligations internationales en vigueur.
Objectif 20 D’ici à 2015, les connaissances, la base scientifique et les technologies associées à la biodiversité sont améliorées et appliquées
Objectif 21 D’ici à 2018, les informations sur les connaissances scientifiques et traditionnelles, les innovations, les technologies et les meilleures pratiques sur la biodiversité sont collectées, largement partagées et transférées.
Objectif 22 D’ici à 2015, le Burundi adopte une stratégie d’investissement et de mobilisation des ressources financières nécessaires à la mise en oeuvre effective de la Stratégie Nationale et Plan d’Action sur la biodiversité.

  • United Nations
  • United Nations Environment Programme